Les cartes reprennent vie dans Hand of Fate 2

Vous aimez les jeux de rôle ? Les jeux de cartes ? Les jeux de dés ? Alors arrêtez-vous quelques minutes, ce qui suit devrait vous intéresser.

La série de jeux vidéo Hand of Fate vous invite à vous asseoir à la table d’un mystérieux dealer (non, rien à voir avec la drogue) qui vous entraîne dans un envoûtant jeu de cartes. Chacune de ces cartes est une aventure : ici, une demoiselle en détresse vous appelle à l’aide ; là, un étrange gobelin vous fait une offre alléchante ; plus loin, une arme étincelante attire votre attention au fond d’un ravin…

Ça ressemble à quoi, Hand of Fate 1 ?

Dans le premier opus, votre hôte étale plusieurs cartes sur la table pour former les différents étages d’un donjon. Vous déplacez votre pion de cartes en cartes, retournées au fur et à mesure, révélant leurs secrets. Si vous parvenez au bout du donjon sain et sauf, ou au moins sauf, vous devez affronter un boss et ses sbires : valet de sable, reine de squames, roi de peste… Tant de réjouissances vous attendent !

Très souvent, c’est la chance qui détermine le succès de vos actions et de vos choix. Le dealer vous présente 4 cartes, face cachée. Certaines vous octroient une réussite voire une grande réussite, d’autres un échec ou un grand échec. Il vous faut faire confiance à votre sixième sens… et serrer les fesses. En cas de réussite, vous décrocherez parfois un jeton qui vous délivrera de nouvelles cartes.

Pour venir à bout des différentes épreuves et progresser, vous possédez un deck représentant votre inventaire, votre or, votre santé et vos réserves de nourriture.Dans le cas où les choses tourneraient mal, ce qui arrive environ toutes les deux cartes, le dealer piochera un certain nombre d’ennemis que vous devrez combattre. Mais pas avec des cartes ! Lorsqu’un combat démarre, vous basculez dans un mode de jeu plus classique où, manette en main (ou clavier), vous allez balancer des mandales à tour de bras en tentant d’esquiver celles promises par vos adversaires.

Et ça apporte quoi, Hand of Fate 2 ?

Maintenant que vous avez saisi l’idée, je ne vous fais plus languir, il est temps d’aborder Hand of Fate 2, sorti le 7 novembre sur PC. Toujours développé par Deviant Development, il reprend les idées de son grand frère dans les grandes lignes en s’attachant à apporter quelques nouveautés bienvenues. Premier changement : exit les donjons sans personnalité qu’on enchaînait boss après boss. Cette fois, l’aventure se découpe en scénarios, chacun ayant des objectifs propres. Dans les premiers, on vous demandera par exemple d’obtenir un certain nombre de points de notoriété, de bénédictions ou de recruter un certain nombre de soldats avant l’affrontement final. Ces ajouts au gameplay se retrouveront ensuite dans les scénarios suivants. Par exemple, il existe des armes que vous ne pourrez pas équiper sans une notoriété suffisante. Si le principe de base, se déplacer de carte en carte en déjouant les épreuves, reste inchangé, ces petits ajouts sont fort appréciables puisqu’ils rendent l’expérience plus immersive.

Autre nouveauté : le choix du deck. Dans HoF1, la préparation du deck, si elle était possible, passait au second plan. Personnellement, je ne me suis jamais amusée à constituer mon propre jeu, lui préférant la création automatique. Désormais, c’est un passage obligé. A vous de déterminer les rencontres, équipement et ressources que vous souhaitez embarquer dans votre aventure. A cela s’ajoute la sélection d’un compagnon, que vous aurez recruté au fil de vos pérégrinations et qui vous épaulera. Pour les plus frileux, le jeu peut vous recommander un deck, mais il y a fort à parier que vous préférerez vous en occuper vous-même.

Enfin, les cartes « réussite » et « échec » ne sont plus les seules à décider de votre destin. Désormais, certaines situations vous demanderont de lancer les dés et de dépasser un certain score. Et c’est une transition parfaite pour attaquer la partie sur les points négatifs de HoF2. Parce qu’un peu de hasard, oui, cela met du piquant dans le jeu. Mais ce second opus a malheureusement choisi de le placer au centre du gameplay, vous empêchant de maîtriser quoi que ce soit.

Dans le premier, une carte « échec » ou « grand échec »  retournée vous mettait en difficulté mais ne vous empêchait pas de vous en sortir. Désormais, certains objectifs impliquent d’avoir de la chance… ou de recommencer encore et encore jusqu’à ce que les astres s’alignent. Sans compter qu’une situation vous demandera parfois de faire un choix parmi plusieurs propositions et que vous ne découvrirez qu’après coup que votre décision était mauvaise… ce qui s’apparente à du die and retry.
Obtenir des jetons, et donc de nouvelles cartes, est également bien plus difficile puisque reposant essentiellement sur cette chance. L’une des épreuves vous demandera par exemple de piocher 2 fois de suite une carte « réussite » dans un paquet de 4 cartes où les 3 autres sont des cartes « échec ».

Parmi les autres points négatifs à relever, la maniabilité en combat est toujours aussi mauvaise. C’est bien simple, je frôle la tendinite à CHAQUE fois. Et ce, au bout de 30 secondes. Je ne sais pas comment Deviant Development réussit cet exploit, mais ces sessions sont rarement une partie de plaisir. A cela s’ajoute le fait que le jeu ne vous fera pas de cadeau puisque vous êtes bien souvent 2 (votre comparse et vous) contre des hordes d’ennemis et qu’il est difficile de récupérer de la vie.

Enfin, je tenais également à faire remarquer que l’endless mode n’est pas encore implémenté. Je ne considère pas que cela soit très handicapant, il y a de quoi faire avec les scénarios, mais c’est une question de principe. Développeurs, cessez de sortir vos jeux en kit !

Du coup, j’achète ou j’achète pas ?

Pour conclure, je vais tâcher de résumer mon avis pour ceux qui auraient la flemme de tout lire, parce que je suis comme ça, je suis une fille sympa.
Hand of Fate 2 aurait pu être un petit bijou. La présence de scénarios est une excellente idée, de même que les petits ajouts de gameplay tels que la notoriété. Mais l’omniprésence d’épreuves basées sur la chance m’a gâché le plaisir car elle rend l’expérience assez frustrante. À cela s’ajoute une maniabilité exécrable en combat. Il vous faudra donc faire preuve de patience et d’une bonne dose de souplesse dans les doigts pour l’apprécier pleinement. Un conseil : testez-le d’abord. Les 2 heures d’essai sur Steam sont faites pour ça.

2 commentaires sur “Les cartes reprennent vie dans Hand of Fate 2”

  1. Concrètement, si j’ai bien suivi, il vaut limite mieux privilégier directement le premier opus, ne serait-ce qu’à cause de la variable “hasard” moins handicapante?

    En tout cas, le principe me plaît bien, je ne connaissais pas!

    1. Si tu n’as pas joué au premier, oui, je pense qu’il vaut mieux commencer par là. Le second est très bon aussi, voire meilleur, mais la part d’aléatoire est trop importante à l’heure actuelle.

      Cela dit, si le studio rééquilibre tout ça (ce qu’ils feront peut-être vu le nombre de joueurs qui râlent à ce sujet), il deviendra vraiment excellent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *