Shang-Chi et la dizaine de nuances d’anneaux4 minutes de lecture

Ma mère me disait souvent quand j’étais petit qu’il n’y a que les imbéciles qui ne changent pas d’avis. Il serait probablement exagéré de dire qu’elle serait fière de moi puisque je suis allé voir Shang-Chi et la Légende des dix anneaux alors que j’avais juré mes grands dieux que je ne mettrais pas un orteil en salle pour ça, mais écoutez, on trouve du réconfort sur sa propre intelligence où on peut.

Shang-Chi. 25ème film du MCU, 25ème vous dis-je. Je ne vais pas vous refaire la chronologie, soit vous la connaissez probablement déjà, soit vous vous en foutez, soit les deux. On peut juste s’attarder sur la taille assez prodigieuse de cet univers cinématographique en 13 ans de temps, dont quasi deux ans de hiatus pour les raisons que nous savons. Indépendamment de ce que l’on en pense, quelle machine !

Or donc, Shang-Chi. Shaun (Simu Liu) jeune voiturier flanqué de sa copine Katy (Awkwafina) se voit rattrapé par son passé sombre et inconnu d’enfant-assassin du jour au lendemain quand une petite équipe de vilains gusses tentent de lui taxer son pendentif, cadeau de sa défunte mère. On part ensuite à l’aventure, sur fond de conflit familial et de gestion du deuil.

Honnêtement ? Je n’aurais pas parié un centime sur ce film. Les trailers ne semblaient annoncer qu’un divertissement tiède, sans intérêt quelconque, la thématique sur les arts martiaux au sein de l’univers Marvel pouvant rappeler la triste série Iron Fist, j’avais réellement le réflexe tout pavlovien de craindre le pire.

Cependant, le maître des lieux (béni soit-il, que le /roll fasse toujours le score maximum en sa faveur) est allé voir ce film, motivé par une curiosité malsaine (ce n’est qu’une supposition) et l’avis fut surprenant : « j’ai trouvé ça pas si mal ». Il ne m’en fallait pas plus pour perdre tout self-control et acheter mon ticket.

Et effectivement, c’est pas si mal. Shang-Chi est même à part au sein du MCU ; par son imagerie, par les chorégraphies de certains combats, par certains plans, le métrage se montre empreint d’une réelle affection pour la culture cinématographique chinoise. Et voilà, c’est inattendu. Je n’aurais jamais imaginé voir un affrontement digne de Tigre & Dragon dans un film situé dans le même univers où se promènent les gardiens de la galaxie. C’est peut-être même un des piliers d’importance à noter, à quelques exceptions près qui nous ramènent parfois un peu lourdement à l’univers auquel il appartient – et le premier segment occidental, Shang-Chi ne ressemble pas vraiment à un film du MCU.

Outre les éléments que j’évoquais dans le paragraphe précédent, la musique dénote aussi au sein de l’ensemble marvelien. Douée d’une personnalité propre, aux sonorités particulières, elle ne ressemble pas à ces pistes interchangeables que nous avons eues ces dernières années. Et elle s’ajoute agréablement à un monde fantastique, petite perle poétique par endroit, qui va venir contrebalancer les décors désormais bien intégré dans la culture du spectateur (San Francisco à ma droite, une arène clandestine à ma gauche, bon, on connaît).

Côté casting, quelques poids lourds, Tony Leung, Michelle Yeoh impeccables à chaque plan donnent – entre autres – la réplique à la rigolote Awkwafina, au relativement fade Simu Liu ainsi qu’à Meng’er Zhang qui doit composer avec un personnage plutôt terne, ça n’aide pas.

Honnêtement, il n’y aura pas forcément d’attachement particulier aux personnages après ce film, exception faite éventuellement de Katy, la copine sympa mais pas que. On attendra probablement leurs prochaines apparitions et leurs interactions avec le reste du MCU pour cela.

En somme, on est dans du divertissement pur, avec des éléments qui tiennent désormais dans la feuille de route du genre (une blagounette par-ci, du bourre-pif par-là) mais qui se propose d’avoir une identité propre et distincte du reste du MCU. Quant à sa place au sein de l’univers, elle est relativement discrète jusqu’à la traditionnelle scène post-générique, pas forcément d’une finesse extraordinaire.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.